Actualités

Abattoir GAD : Le tribunal de commerce de Rennes valide la suppression de 889 postes.

Le 11 octobre dernier, le tribunal de commerce de Rennes a entériné la suppression de 889 postes au sein des abattoirs GAD en validant le plan de continuation proposé par la direction.

Ce plan, présenté le Mercredi 9 octobre par la direction de l’entreprise, a permis néanmoins d’éviter la liquidation judiciaire de l’entreprise, qui par conséquent aurait supprimée environ 1700 emplois.

Outre les 889 emplois supprimés, ce sont 3 sites de production qui vont fermer en Bretagne et Pays de la Loire. Sont concernés les sites de Lampaul-Guimiliau (Finistère), Morlaix (Finistère ; 50 salariés) et Saint-Nazaire (Loire Atlantique ; 60 salariés).

Lire plus sur : www.20minutes.fr et www.latribune.fr

 

Natixis confirme la suppression de 700 postes.

C’est ce qu’a confirmé le Mercredi 16 octobre, la banque d’investissement, filiale du groupe BPCE (Banque Populaire – Caisse d’Epargne). La direction évoque une réorganisation stratégique de l’entreprise d’ici 2015 dont l’adaptation au contexte économique et réglementaire nécessitera des adaptations de l’emploi.

En outre, ces suppressions de postes ne se feront uniquement sur la base de départs volontaires. Ainsi, il ne devrait pas y avoir de départs contraints dans le cadre de cette réorganisation. Nous parlons ici de suppression de postes et en aucun cas de licenciement, comme le précise Francis Vergnaud, délégué syndical SNB (Syndicat National de la Banque et du Crédit).

Un plan stratégique pour la période 2014/2017 sera présenté en Comité d’Entreprise le 8 novembre prochain, précisant notamment les modalités de départ des salariés.

Lire plus sur : www.lemonde.fr et www.rtl.fr

 

La fermeture de l’hôtel Lutetia fait grogner

Alors que le célèbre palace Parisien devrait fermer ses portes en avril 2014, pendant 3 ans pour être rénové, ce sont environ 200 emplois qui sont menacés. En effet, dans le cadre de ce projet ambitieux, la direction a présenté un PSE, jugé inacceptable par les syndicats.

Selon Claude Levy, représentant de l’intersyndicale CFDT, CGT et CGC, les salariés n’auraient que trois choix face à cette situation : « une suspension de leur contrat de travail avec un maintien partiel et dégressif du salaire brut ; un plan de départs volontaires ; un licenciement économique en cas de refus des deux autres ».

De son côté, la direction assure que son principal engagement est de maintenir les emplois dans le cadre des mesures d’accompagnement de ce projet. Elle précise en outre, que les salariés pourront retrouver leur emploi à l’issu des travaux.

Lire plus sur : www.lesechos.fr et www.lemonde.fr

Quand les salariés menacent de faire exploser leur entreprise.

Les salariés de l’entreprise VG Goosens, actuellement en liquidation judiciaire, ont piégé ce jeudi 17 octobre, leur entreprise en posant 3 bombonnes de gaz sur le toit.

La liquidation judiciaire prononcée le 5 septembre dernier par le tribunal de commerce de Lille, n’impose pas aux dirigeants de l’entreprise la mise en place d’un PSE. Aujourd’hui, les salariés réclament un plan social digne de ce nom. Ils demandent au groupe belge Van Genechten Packaging, propriétaire de l’imprimerie, d’assumer ses responsabilités en mettant la main au porte-monnaie.

Outre les 3 bombonnes de gaz, Stéphane Schillers et Bruno Vansteenkiste, salariés depuis 25 et 29 ans, entament leur deuxième semaine de grève de la faim en signe de contestation. Ils sont prêts et déterminés à aller jusqu’au bout si nécessaire.

Lire plus sur : www.lemonde.fr et www.francebleu.fr

 

Alcatel Lucent sauve 200 emplois grâce à Orange.

Suite à l’annonce du plan « shift » d’Alcatel Lucent, prévoyant la suppression de 15 000 emplois dont 900 en France, la direction de l’entreprise annonce la signature de deux contrats permettant de sauver 200 postes.

Les contrats décrochés par Alcatel Lucent vont permettre la relocalisation de 200 ingénieurs sur le site de Lannion alors qu’il était prévu de les transférer en Chine. Bien que nous ne connaissions pas encore le détail de ces contrats, Orange répond à l’appel du Ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, en faisant preuve de patriotisme économique.

Bien que cela ne permette pas de remettre en cause les licenciements prévus par la direction, ces nouveaux contrats ont tout de même le mérite de sauvegarder certains emplois.

Lire plus sur : www.bfmtv.com et www.clubic.com

Un salarié licencié pour utilisation intensive de Facebook !

Et si l’utilisation de Facebook sur votre lieu de travail, pouvait entrainer votre licenciement pour cause réelles et sérieuses ?

C’est ce qui vient de se produire pour un salarié d’une société Angevine, à qui son employeur à notifier son licenciement. En effet, selon l’avocat de l’entreprise (dont nous ne connaissons pas encore le nom) le salarié passait plus de 30 minutes par jour sur le réseau social, ce qui l’empêchait de réaliser les tâches demandées par son employeur.

Le salarié n’a pour le moment pas souhaité saisir le conseil des prud’hommes.

Lire plus sur : www.tempsreel.nouvelobs.com et www.pcinpact.com

Advertisements

Un commentaire sur « Social’ News : l’actualité du 7 au 18 octobre 2013 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s