Photo article télétravail

Source : http://www.zevillage.net

L’émergence puis le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ont fait évoluer les modes de vie mais pas seulement, elles ont aussi révolutionné le monde du travail. En effet, plus que le simple fait de développer de nouveaux outils (ordinateurs, e-mail, visio conférence, Smartphones, logiciels,…)  ces mutations technologiques ont aussi fait émerger de nouvelles façons de travailler.

Ainsi, aujourd’hui, les salariés ne sont même plus obligés de se déplacer jusqu’à leur lieu de travail, c’est l’entreprise qui vient eux. C’est que l’on appelle : le télétravail. Il s’agit d’une nouvelle forme et organisation du travail plébiscitée par les salariés mais aussi les employeurs de plus en plus nombreux à le pratiquer.  Explications.

Définition

« Toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ses locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci ». Voici la définition légale du télétravail extraite de l’article L1222-9 du Code du Travail.

Si le législateur a toujours connu des difficultés à définir, délimiter et surtout contrôler cette forme de travail c’est parce que son champ d’application semble encore nous échapper. Aujourd’hui, on peut distinguer 3 profils de télétravail différents :

  • Le télétravail sédentaire : qui se réalise de façon permanente depuis le domicile privé du télétravailleur, ou en télécentre.
  • Le télétravail alterné : qui concerne les personnes qui télétravaillent quelques jours en dehors des locaux de l’entreprise et sont présentes le reste du temps dans les locaux de l’entreprise.
  • Le télétravail nomade : qui est souvent associé au télétravail des commerciaux qui ne reviennent pas systématiquement au bureau pour y effectuer leurs tâches administratives et comptables. Mais qui le font de chez eux, dans le train etc.

Si définir juridiquement ce terme semble aussi complexe, c’est qu’il existe une dernière forme de télétravail appelé « télétravail gris », qui regroupe les salariés travaillant de façon occasionnelle en dehors du bureau. Mais surtout, il s’agit d’une pratique qui se réalise de manière informelle, sans contractualisation (sans accord d’entreprise ou avenant au contrat de travail).

Les avantages et inconvénients 

Chers lecteurs, en tant qu’employeurs ou futurs employeurs, salariés ou futurs salariés, vous devez savoir quels sont les intérêts et les risques que représentent l’application ou la pratique du télétravail.

Un facteur d’autonomie et de flexibilité pour le salarié …

La pratique du télétravail permet aux salariés de concilier plus facilement leur vie professionnelle et leur vie privée. De plus, de nombreuses études démontrent que le télétravail, contrairement à l’organisation traditionnelle du travail (dans les bureaux) permet de limiter la perte de temps causée par les dérangements et les interruptions externes. De même, cela offre une plus grande flexibilité aux salariés car ils peuvent organiser leurs activités comme ils le souhaitent (sous certaines limites), et bénéficient aussi de meilleures conditions de travail grâce à la réduction du stress et de la fatigue occasionnés par les trajets, l’ambiance de travail, etc.

Enfin, cette nouvelle forme de travail représente un réel avantage pour les salariés rencontrant des difficultés de déplacement (mobilité réduite), comme les salariés handicapés, les femmes enceintes, etc.

… mais qui affaiblit le lien social du travail.

Le télétravail peut en effet, être source d’isolement et de difficultés de communication, car le salarié ne bénéficie plus des interactions professionnelles et sociales existantes avec les collègues et les responsables hiérarchiques. De plus, celui-ci peut craindre de ne pas bénéficier des mêmes avancées, promotions, formations que les autres salariés.

Si le télétravail permet pour certain de trouver un équilibre entre vie personnelle et professionnelle, pour d’autres, il s’agit d’un empiètement de la vie professionnelle dans la sphère privée du salarié. En effet, des distractions d’ordre familiales ou personnelles peuvent intervenir dans l’activité quotidienne du télétravailleur.

Un outil de flexibilité et de fidélisation pour l’employeur …

Tout d’abord, il faut savoir que le télétravail est un moyen d’optimiser les espaces de travail (bureaux) dans l’entreprise et de développer une image citoyenne de l’organisation. De plus, cela offre la possibilité de faire évoluer la démarche de gestion des compétences grâce à l’élargissement du périmètre de recrutement et au développement de la flexibilité des ressources internes. Ainsi, cela permet encourager la fidélisation des salariés et favoriser l’attractivité de l’entreprise notamment auprès des jeunes.

Cette organisation du travail permet aussi de limiter les coûts et les impacts liés aux retards et à l’absentéisme.

mais facteur de risques et de coûts importants.

La pratique du télétravail entraine pour l’entreprise un effort de sécurisation et de fiabilisation des données internes face aux risques liés à l’utilisation des technologies. De plus, l’alimentation  informatique (ordinateurs, téléphones, accès aux données, …) des salariés à leur domicile génère des coûts logistiques importants pour l’entreprise.

De même, les modalités de surveillance et de contrôle de l’activité du salarié, semblent plus compliquées. Enfin, l’employeur peut craindre une altération de l’esprit d’équipe et un affaiblissement de la culture d’entreprise due au détachement et à l’éloignement de ses salariés.

Les principes légaux du télétravail

Si vous avez été convaincu par cette nouvelle organisation du travail, voici quelques-unes des règles à connaître (Article 46 de la loi du 22 mars 2012) :

– Le télétravail nécessite un avenant au contrat de travail et résulte d’un accord entre les 2 parties. La situation est à tout moment réversible.

– Un télétravailleur a les mêmes droits qu’un autre salarié et l’employeur doit veiller à la santé et à la sécurité du télétravailleur.

– L’employeur met à disposition de son salarié les équipements nécessaires au télétravail (logiciels, abonnements ; communication…) et assure la protection de ses données personnelles.

– Le télétravailleur est prioritaire pour reprendre un poste dans les locaux de l’entreprise correspondant à ses qualifications et compétences professionnelles.

Pour finir, voici quelques chiffres clés qui vous permettrons de mieux cerner ce nouveau phénomène du télétravail :

  • Plus de 16% des français télétravaillent
  • Parmi ces télé-travailleurs, 48% sont des salariés du secteur privé
  • 37% des salariés télé travaillent 1 à 2 fois par mois, 34% 1 à 2 jours par semaine, 14% 3 à 4 jours par semaine et 15% à temps plein
  • 73% des personnes interrogées qui ne télé-travaillaient pas encore aimerait le faire

Source : « Tour de France du télétravail » enquête nationale réalisée du 15 novembre 2012 au 25 février 2013 auprès d’un échantillon de 1417 personnes par LBMG, Worklabs, Neo-nomade, Openscop et Zevillage.

Tous les résultats de l’étude ici

Pour en savoir plus :

Le télétravail en entreprise

L’Association Française du Télétravail et des Téléactivités

Advertisements

6 commentaires sur « Le télétravail … nouvelle réalité de l’emploi ? »

  1. Génération nomade! Travail nomade! Bientôt société nomade? Le risque effectivement n’est-il pas d’affecter durablement le lien social nécessaire à la construction de notre société?

    J'aime

    1. Les Bochimans du désert du Kalahari étaient des nomades. Ils étaient flexibles, adaptables, avaient une vraie culture de l’échange et du partage. Ils se sont sédentarisés il y a une quarantaine d’années. Ils ont alors développé une forme d’individualisme et ont perdu le goût de l’échange. C’est aujourd’hui un peuple menacé… (http://www.stimul-conseil.fr/chasseur-ou-gardien-de-troupeau/)
      Peut-être que ce nomadisme des temps modernes nous permettra de retrouver certaines valeurs?
      Pour avoir échangé avec plusieurs personnes qui pratiquent le télétravail, j’ai été frappé par leur engagement et le plaisir retrouvé dans leur activité professionnelle.
      Pour avoir été moi-même un télétravailleur nomade, il y a selon moi une condition de réussite incontournable : la confiance réciproque.
      Bien cordialement.
      Stéphane.

      J'aime

  2. Les enjeux du télétravail sont nombreux. En ce qui concerne la culture de l’entreprise, les prestataires offshore ne sont pas obligés à se conformer à celle de son client par contre il est au devoir d’un prestataire offshore ou individuel à domicile de sauvegarder l’image de ce dernier à travers son travail.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s