page-0

Il est temps pour tous nos lecteurs de revenir sur l’actualité RH et sociale de ce mois d’octobre.

Une fois de plus il s’agit d’un mois fortement perturbé par les grèves et autres plans sociaux. Retour sur les évènements marquants de ce mois.

Bouygues Télécom dans le creux de la vague

Le groupe français annonce une diminution de plus de 17% de son effectif d’ici la fin 2014. En juin le groupe avait annoncé une suppression de 1516 postes. Après les négociations d’octobre avec les syndicats, ce chiffre a légèrement été revu à la baisse pour atteindre 1404 suppressions.

Le plan social se fera en deux temps. Dans une première phase, le plan prendra la direction des départs volontaires (le groupe en espère environ 1200). Puis dans une seconde phase, l’entreprise Bouygues ouvrira une procédure de départ forcé afin d’atteindre le nombre négocié.

La plupart de ces licenciements se feront sur des postes dits « de support ». Les postes de vendeurs ne devraient pas être touchés.

Ce plan vient en réponse aux mauvais chiffres et à la forte concurrence dans ce secteur d’activité. Sur les 6 premiers mois de l’année, le groupe note une perte de 5%  de son chiffre d’affaires.

Lire plus: Zdnet

La mesure qui enchante notre Ministre du travail

On le sait tous, le code du travail en France est un réel frein à la flexibilité des entreprises et aux investissements étrangers.

Le président de la république, lors d’une réunion sur « le conseil stratégique de l’attractivité » le 19 octobre, a répondu favorablement à une demande du ministre du travail.

En effet, François Hollande a annoncé que le délit d’entrave n’enverrait plus les patrons en prison. Dans les faits, la justice n’a jamais condamné à des peines de prison pour des délits d’entraves.

A la place des peines de prison, des amendes plus importantes qu’aujourd’hui (uniquement 3750 Euros) seraient mises en place afin de réellement dissuader les dirigeants.

Pour François Rebsamen, la dépénalisation du délit d’entrave va permettre à la France de redorer son blason auprès des grands patrons internationaux.

Lire plus: L’Obs

La victoire de la CFDT sur la question de la pénibilité au travail

Depuis plus de 10 ans, les syndicats et notamment la CFDT s’attaquent à la reconnaissance de la pénibilité du travail dans le calcul des retraites.

Depuis quelques temps, le syndicat assomme les débats avec une étude qui montre que l’espérance de vie des cadres est supérieure de 6 ans à celle des ouvriers.

Michel de Virville, ancien PDG de Renault, a rendu un rapport sur les critères selon lesquels le calcul du départ à la retraite devrait être revu. Il en a identifié 10 dont  le travail en équipes postées, le travail sous pression hyperbare (définir), les environnements bruyants ou encore les ports de charge.

Les entreprises ont crié à l’usine à Gaz et le gouvernement a finalement tranché : Il y aura tout d’abord 4 critères de pénibilités qui seront appliqués en 2015 et les 6 autres seront vus en 2016.

Afin de déterminer les critères retenus en priorité, les acteurs de cette négociation vont à nouveau discuter.

Ces mesures risquent de continuer à creuser  le déficit du régime des retraites. Les décrets devraient être publiés dans les mois à venir.

Lire Plus:  Franceinfo

Intérim ? CDI ? Bientôt, plus besoin de choisir !

C’est une petite révolution qui est en marche. Le monde de l’intérim risque d’être légèrement modifié. Depuis quelques temps, le patronat de l’intérim et les syndicats étaient en pourparlers, et ils ont récemment trouvé un accord.

Ce dernier porte sur la possibilité des intérimaires d’avoir un contrat à durée indéterminé avec leurs agences pour les profils dits « pénuriques ».

Ce contrat aurait plusieurs avantages pour les intérimaires : ils auraient le droit aux congés payés ainsi qu’à l’accès à la formation. Les agences, de leur côté,  verraient une économie d’au moins 200 millions d’euros qu’elles auraient dû payer suite au renchérissement  des cotisations chômage.

Mais l’intérimaire sera obligé d’accepter toutes les missions proposées par l’agence, que ce soit en matière de rémunération ou de mobilité.

Finalement, ces contrats ne devraient concerner qu’une infime partie des intérimaires, mais peut-être que d’ici quelques temps l’exception deviendra la règle…

Lire plus: L’Obs

En bref, notons aussi ce mois-ci la perte du PDG de Total et le coût du nouvel appartement du patron de la CGT !

En espérant que l’activité sociale et RH soit aussi riche le mois prochain, l’équipe du blog vous donne rendez-vous fin Novembre pour un nouveau « Social News » !

Advertisements

4 commentaires sur « Social’ News : L’actualité sociale du 01 octobre au 31 octobre 2014 »

  1. Excellente initiative à la fois sur l’évolution du droit du travail au jour le jour ; mais aussi sur l’actualité et le climat social en France…
    Nous avons rarement l’occasion et le temps de nous poser et de faire le point sur tout ce qui s’est passé en un mois, alors je dit un grand OUI.
    Ce genre de billet à vocation et mérite d’être suivi de près …

    J'aime

  2. Bravo pour ce premier social news de l’année universitaire sur des sujets aussi divers qu’intéressants. Très malin aussi vos deux petites brèves!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s