11-10-handicap-travail-2

Une étude réalisée fin 2014 par CSA révèle que les Français semblent à l’aise avec le handicap au sein des entreprises. Ainsi, ils sont 94 % à penser que l’on peut exercer une activité professionnelle lorsque l’on est en situation de handicap. 88% d’entre eux déclarent être à l’aise avec le fait de travailler avec une personne handicapée.
Il reste encore des progrès à accomplir, car 94 % des Français estiment qu’une personne en situation de handicap est confrontée à des difficultés sur son lieu de travail. Un quart d’entre eux estime que les entreprises françaises mettent en place les actions nécessaires pour favoriser le recrutement des personnes en situation de handicap.

Une relation de plus en plus naturelle pour les Français

Des chiffres très positifs semblent témoigner d’un recul des préjugés vis-à-vis des salariés en situation de handicap. Ainsi, deux tiers des Français estiment qu’une personne en situation de handicap n’est pas moins productive qu’une personne dite valide. Un sentiment d’autant plus fort chez les titulaires d’un diplôme post-bac qui sont 74 % à le penser, contre 60 % des ouvriers. De plus, à compétences égales, une large majorité de Français (59 %) affirme que le handicap ne jouerait pas dans leur décision s’ils étaient amenés à recruter.Toutefois, ces chiffres sont à mettre en perspective avec la réalité du marché de l’emploi : près de 21 % des personnes en situation de handicap sont aujourd’hui au chômage, soit plus du double du pourcentage des personnes en âge de travailler. Malgré une perception positive du handicap au sein de l’entreprise, il semble donc qu’il reste un certain nombre de progrès à faire pour parvenir à une égalité effective.

Encore des progrès à faire pour parvenir à l’égalité

94 % des Français estiment que les personnes en situation de handicap sont confrontées à des difficultés sur leur lieu de travail. En tête de liste des obstacles arrive en première position un environnement de travail non adapté pour 68 % des personnes interrogées, suivi de la question de la formation des managers, insuffisante pour 15 % des sondés, et le regard des collaborateurs pour 11 % d’entre eux.
La perception des Français à l’égard des entreprises en matière d’emploi et de handicap reste encore mitigée. Ainsi, 64 % des sondés considèrent que les entreprises ne mettent pas en place les actions nécessaires pour permettre le recrutement des personnes en situation de handicap. Le taux d’emploi des personnes en situation de handicap dans le secteur privé est de 3,1 %, loin des 6 % imposés par la loi. On observe une réelle amélioration de la prise en compte du handicap au sein des entreprises. Ainsi, 92 % d’entre elles emploient directement ou indirectement des personnes en situation de handicap aujourd’hui. Le montant des cotisations à l’AGEFIPH a diminué de 7,4 % entre 2012 et 2013, au profit d’une hausse des embauches. Les entreprises doivent faire face au manque de qualifications des personnes en situation de handicap, qui ne leur permet pas toujours de recruter les compétences nécessaires auprès de cette population. En effet, près de 80 % des personnes en situation de handicap n’ont pas le niveau bac.

Des mesures existantes méconnues des Français

Ce décalage entre perception et réalité peut être attribué à une certaine méconnaissance de la part des Français des mesures existantes pour soutenir le recrutement des personnes en situation de handicap. Si 86 % des Français savent aujourd’hui qu’il existe un quota favorisant le recrutement des personnes en situation de handicap, seuls 20 % en connaissent précisément le contenu. Plus des deux tiers trouvent toutefois que l’existence de ce quota est juste.
Ces données montrent que la question du handicap est complexe et doit impliquer l’ensemble des acteurs concernés : les entreprises pour favoriser l’insertion des personnes en situation de handicap, l’enseignement supérieur pour valoriser les formations, les associations pour accompagner les candidats et les organisations, les autorités publiques pour garantir le cadre administratif et légal, les Français pour continuer de faire évoluer le regard sur le handicap.

CED travaille sur la conception d’un serious video game de la diversité

CED, expert pour le recrutement, la communication et la formation sur les sujets de l’emploi, du handicap et de la diversité, œuvre actuellement sur la conception d’un serious video game destiné à favoriser la diversité dans l’entreprise. Cet outil ludique et très pragmatique permettra à l’ensemble des collaborateurs d’intégrer les enjeux de la diversité au sein de l’entreprise.
Construit sur la base de ces réflexions, le serious video game devrait être lancé courant 2015.
Si les perceptions des Français à l’égard du handicap et de l’emploi s’améliorent, la question de la diversité au sens large demeure un enjeu stratégique pour les entreprises.

Advertisements

3 commentaires sur « Handicap et emploi : qu’en pensent les Français ? »

  1. Bon article.
    Tout le monde possède un handicap sans le savoir, que ce soit par les fonctions cognitives, les aspects sensoriels et beaucoup d’autres aspects.
    Un simple exemple : une jambe cassée est un handicap passager, mais n’est pas considéré comme un handicap dans le travail alors que la salarié doit tenter de s’adapter pour continuer son travail. Les TMS sont des handicaps courants, et les opérations ne rendent pas ces handicaps moins contraignants ensuite, ils sont au mieux en rémission.
    Que dire d’une personne extra sensible à la luminance, aux infra sons etc.?
    Le mot handicap ne devrait d’ailleurs plus être identifié comme tel.
    Peut être devrions nous utiliser d’autres termes moins dévalorisants?
    Ce serait déjà sans doute sortir du contexte voulu et laissé en mémoire par des décennies de conceptions humaines en la matière.

    J'aime

  2. Handicap et Entreprise: le chemin est encore long. Depuis 1987, les établissements de plus de 20 salariés sont tenus à une obligation d’emploi d’au moins 6 % de personnes handicapées, rapportées à leur effectif, sous peine d’avoir à s’acquitter d’une cotisation AGEFIPH. Les chiffres que vous annoncez sont encourageants, mais il existe une réalité: comme vous le rappelez, 80 % des personnes handicapées n’ont pas le niveau baccalauréat à mettre en rapport avec la volonté politique affichée que 80 % des lycéens d’une même classe d’âge obtiennent ce diplôme. Une grande partie de la solution est sans doute liée à la formation initiale permettant ainsi aux personnes handicapées d’accéder à l’emploi non pas sur des critères liés à leur handicap, mais sur la base des compétences qu’ils pourraient apporter à l’entreprise.

    J'aime

    1. Droit de suite: Loi Handicap du 11/02/2005: Bilan amer 10 ans après le vote! Accessibilité des bâtiments publics et dans les transports, accès à l’emploi, scolarisation des enfants: l’égalité des droits et des chances n’a connu que des avancées limitées. Rappelons que près de 10 millions de personnes sont concernées par le handicap! (Source INSEE)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s