Marre-de-ce-job---Encrage-couleur-chapitre-1

Près d’un jeune diplômé sur deux envisagerait de changer d’orientation professionnelle.

A 30 ans, certains salariés sont en plein décollage de leur carrière et d’autres souhaitent repartir à zéro et songent à se reconvertir.


D’après un sondage de l’AFPA (Association pour la Formation Professionnelle des Adultes), 42% des moins de 30 ans envisageraient un changement d’orientation dans les 3 prochaines années.

Ce n’est pas une décision facile et il est plus difficile de franchir le pas que les jeunes, qui eux, ont moins de contraintes personnelles.

Il s’agit aussi de pouvoir faire le point à un moment donné, après quelques années d’expérience, sans pour autant que cela puisse déboucher sur une reconversion. Une évolution est toujours possible sans avoir besoin de changer de métier.

Le dispositif gratuit du « conseil en évolution professionnelle » permet à chacun d’être accompagné  dans son projet d’évolution professionnelle. Le conseiller saura orienter le salarié ou le demandeur d’emploi sur une bonne formation et sur son financement. Cela sera peut être l’occasion de demander un bilan de compétences ou  une Validation des Acquis de l’Expérience. Ce conseil est généralement assuré par Pôle Emploi, mais aussi par l’APEC, Cap Emploi, les Missions Locales, les OPACIF et les FONGECIF.

Il est possible de mener à bien un projet de reconversion tout en restant salarié de l’entreprise avec le Congé Individuel de Formation et le Compte Personnel de Formation depuis le 1er janvier 2015. Ce CPF permet donc à chacun de bâtir soi-même son projet professionnel et à s’adresser directement aux organismes de formation et de financement.

Hélas, les premiers inconvénients de ce nouveau système montre que ce sont les personnes déjà les mieux formées et les plus agiles sur le marché du travail qui en bénéficient.

Une bonne reconversion est aussi mesurable par ses effets financiers, car cela peut demander des sacrifices et les premiers résultats en termes de gains de rémunération ne sont pas toujours immédiats. Les débuts peuvent être difficiles quand on a l’habitude de vivre avec un certain niveau de revenu.

La reconversion va donc nécessiter beaucoup de sacrifices, et demandera nécessairement de la motivation et une force de caractère. Cela engendrera du stress pour soi et pour les proches, qui devront aussi être des soutiens de taille.

D’après Pôle Emploi, une mobilité professionnelle choisie conduit souvent à une amélioration des conditions de travail et surtout à un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle.
De plus, les deux tiers des salariés concernés déclarent avoir eu davantage de possibilités d’évolution dans leur nouveau métier.

Alors, avis aux amateurs !

Advertisements

Un commentaire sur « Changer de métier à 30 ans, un virage difficile? »

  1. En période de travail tendue, la reconversion professionnelle est loin d’être un long fleuve tranquille et les freins que vous évoquez sont des éléments à prendre en compte et qui rebutent certainement nombre de salariés à franchir le pas. Il faut cependant positiver et aller au bout de sa démarche lorsqu’on a pu lever les différents obstacles qui se présentent!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s