blog agri 2

De l’arboriculture en passant par la vigne, les grandes cultures, l’élevage, la forêt et le maraîchage, l’agriculture, ce sont 13 filières de production et plus de 90 métiers.

Les médias relayent souvent l’image du monde agricole comme un secteur en crise financière. On a pu voir les cours du lait ou de la viande porcine baisser, les agriculteurs manifester leur mécontentement suite à des décisions gouvernementales ou face à l’absence de décision pour les soutenir. Cependant, ce secteur est touché également par la pénurie de bras et par des problématiques RH. Comment se situe le secteur aujourd’hui ? Quels sont les moyens proposés pour aider et accompagner les agriculteurs ?

Le secteur agricole s’est énormément mécanisé ces dernières décennies, les surfaces d’exploitation se sont agrandies alors que le nombre d’exploitations s’est réduit. Selon le recensement agricole de 2010, il y a en France 604 000 chefs d’exploitations et co-exploitants agricoles. En 20 ans, leur nombre a baissé de plus de la moitié.  Entre 2000 et 2010, les exploitations se sont agrandies et leur nombre a diminué de 26%. Le nombre d’exploitants s’est réduit de 21%. Les petites et moyennes structures sont les plus touchées alors que le nombre de grandes reste supérieur à celui de 1988.

Ainsi, un tiers des exploitations est aujourd’hui composé de grandes structures, qui devancent désormais les exploitations moyennes.

Un peu plus d’1 million de personnes participent régulièrement à l’activité des 514 800 exploitations agricoles françaises, DOM inclus. En vingt ans, le nombre de travailleurs permanents a baissé de moitié dans les exploitations agricoles. Cette diminution est équivalente à celle du nombre d’exploitations. Les trois-quarts de ces actifs permanents travaillent dans les moyennes et grandes exploitations, en qualité d’exploitant ou de co-exploitant, d’aide familiale ou de salarié permanent non familial.

En raison de l’expansion massive des entreprises agricoles, on voit de plus en plus de structures à plusieurs individus.  Cette évolution entraîne non seulement des modifications dans la composante de l’entreprise, mais aussi des changements dans le mode de gestion.

Ces nouvelles structures font face aux problématiques classiques en lien avec la GRH telles que savoir recruter et conserver des employés de qualité (étrangers ou membres de la famille), la cogestion d’entreprise (gérer à plusieurs propriétaires) ou encore la réussite de transfert d’entreprise.

Avec une mauvaise gestion, le risque est d’arriver à la faillite ou à la vente de l’exploitation. Cependant il y a peu d’outils disponibles spécifiques au domaine agricole et peu de gérants sont formés.

Il y a aujourd’hui 12 000 emplois non pourvus dans l’agriculture, selon Pôle Emploi. L’arboriculture fruitière est une filière qui nécessite une main-d’œuvre importante et qui embauche une grande part des 860 000 saisonniers mobilisés chaque année. Ces chiffres montrent bien les besoins et la difficulté du recrutement. D’après un sondage récent, 2/3 des personnes perçoivent les métiers de l’agriculture de manière positive mais seulement 40% sont prêtes à suivre des études dans ce domaine. Le secteur doit donc maintenant prendre en compte les conditions de travail pour devenir plus attractif et compétitif  notamment sur les horaires de travail, les congés, les avantages sociaux et la politique salariale. La main-d’oeuvre est essentiellement étrangère dans certains secteurs, en sylviculture plus particulièrement, ce qui entraîne des difficultés de communication au sein de l’exploitation.

Pour aider les chefs d’exploitations à se former dans la gestion des ressources humaines, des cabinets spécifiques au secteur agricole se sont développés. Plusieurs thèmes sont abordés, dont l’évaluation des besoins de main-d’œuvre, le recrutement, l’intégration de nouveaux employés, la gestion des conditions de travail, la motivation et la fidélisation des employés, le processus d’évaluation de rendement, la communication et la gestion des conflits.

D’autres cabinets se sont spécialisés dans le recrutement et dans le soutien RH.

Le Crédit Agricole a même mis à disposition un jeu en ligne, “agrimanager”, pour apprendre à gérer une exploitation agricole. Ce jeu est utilisé dans l’enseignement au  LEAP de Nermont.

Le monde agricole est obligé d’évoluer pour sortir de ces difficultés. Est-ce que la féminisation du secteur pourrait être un élément clé ? En 2012, un quart des exploitations est dirigé par des femmes et 37% sont des employées agricoles.

Sources : ca-agrimanager.com, mgconsultants.com, apecita.com, lafranceagricole.fr, agriculture.gouv.fr, coordinationrurale.fr

Advertisements

2 commentaires sur « La problématique RH en agriculture »

  1. Contribution pertinente sur un secteur en crise et qui pourtant, comme vous le décrivez, doit faire face à des problématiques RH. Bien vu et bravo pour votre illustration reflétant, il me semble, assez bien l’état de ce secteur d’activités!

    Aimé par 1 personne

  2. C’est un article très intéressant car je vous avoue ne jamais avoir véritablement pensé à la dimension RH dans un monde agricole qui pour moi était resté sur un schéma plus familial que managérial. Cet univers est également en pleine refonte organisationnelle. J’en ai maintenant plus conscience. Merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s