Déconnexion au travail

Le développement des technologies digitales dans le monde professionnel est de plus en plus visible. Aujourd’hui près de 90% des cadres disposent d’un micro-ordinateur et le nombre de smartphones a été multiplié par six depuis 2008.

Le numérique est d’abord une opportunité pour penser différemment l’organisation du travail et le fonctionnement de l’entreprise au quotidien. Cependant il est aussi porteur de risques pour la santé des salariés, lorsque ceux-ci ne peuvent se déconnecter dans leur vie personnelle.

Pour faire face à ces risques psychosociaux, les entreprises prennent de plus en plus en considération les problématiques pouvant survenir de par l’omniprésence du numérique.

Quand la digitalisation professionnelle se répercute dans la vie privée

Le développement du digital dans la sphère professionnelle occasionne des impacts sociaux sur la vie personnelle de plus en plus importants. Effectivement, plus le travail empiète sur la sphère privée, plus les salariés font état de stress, de burn-out et d’incapacité à se déconnecter.

La catégorie sociale la plus impactée concerne bien souvent les cadres. En effet le cadre aura tendance à emporter avec lui une partie de son travail pour le continuer durant la soirée. De même lorsqu’un manager va envoyer un message sur la messagerie professionnelle consultable à domicile, le salarié va se considérer dans l’obligation de lui répondre rapidement.

La digitalisation professionnelle a donc une conséquence sur les collaborateurs en fonction de l’utilisation qu’ils peuvent en faire en dehors de la sphère professionnelle.

Instaurer un droit à la déconnexion

Bruno Mettling le Directeur Général adjoint et Chargé des Ressources Humaines d’Orange propose d’instaurer un droit à la déconnexion professionnelle qui doit se généraliser par accord d’entreprise mais aussi par une sensibilisation collective au préalable.

De même Volkswagen a lancé un dispositif de mise en veille des serveurs entre 18h15 et 7h du matin pour les smartphones professionnels, empêchant ainsi les salariés d’envoyer ou de consulter de nouveaux mails.

De plus, des dispositions devraient probablement être inscrites dans le projet de loi, fin 2015 ou début 2016, de la ministre du travail sur la réforme du droit du travail. En effet, Myriam El Khomri souhaite intégrer des mesures destinées à encadrer la transformation du numérique de l’économie.

Une prise de conscience individuelle avant tout

Mieux gérer les effets du numérique sur la sphère personnelle passe avant tout par une prise de conscience individuelle. La déconnexion au travail doit se réaliser par la mise en œuvre de bonnes pratiques qui montrent l’exemple à suivre. L’objectif n’est pas d’obliger les collaborateurs à ne pas travailler chez soi mais de les responsabiliser.

C’est au manager dans un premier temps de définir un ensemble de règles à respecter, comme par exemple le fait de ne pas envoyer de messages professionnels après les heures effectives de travail. L’image que le manager renvoie à ses collaborateurs est déterminée par sa propre manière de fonctionner.

Cependant chaque individu est différent et libre dans ses choix. Certaines personnes ont l’habitude de quitter plus tôt le bureau pour aller chercher les enfants à l’école, puis de continuer à travailler en rentrant chez soi. On ne peut donc pas interdire cette pratique qui convient parfaitement à une partie de la population active.

Chaque individu peut utiliser comme il le souhaite les outils digitaux à sa disposition, sous condition d’une prise de conscience des impacts engendrés, autant au niveau individuel qu’au niveau de l’entreprise. Une charte de bonnes pratiques peut être une solution pour responsabiliser à la fois l’entreprise et les collaborateurs, et trouver l’harmonie entre vie personnelle et professionnelle.

Sources : Le Monde ; Focus RH

Advertisements

4 commentaires sur « Equilibre vie professionnelle / vie privée : la déconnexion au travail »

  1. La déconnexion numérique est une nécessité afin de préserver l’équilibre vie professionnelle/vie privée. Une fois de plus, on ne peut que constater qu’il soit nécessaire d’en passer par la loi pour tenir compte de cette mutation. Il est dommage que les acteurs (entreprises et salariés) ne trouvent pas eux-même la régulation gagnante/gagnante!

    J'aime

  2. Le 7 janvier, j’étais Charlie, nous étions Charlie. Aujourd’hui, je suis, nous sommes Bataclan, Charonne, 10ème, 11ème, Stade de France,… La Démocratie ne se laissera pas abattre par des terroristes fanatiques!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s