Slainte ! (Santé, en gaélique)

humour_aide_irlande

Illustration datant de la crise de 2010

La fête de la Saint Patrick met l’Irlande à l’honneur aujourd’hui ! Ses verts paysages, sa Guiness, sa chaleur humaine et sa musique ! Très réputée pour son tourisme, elle est également terre d’accueil pour de nombreux expatriés, salariés mais aussi entreprises.

D’une forte croissance dans les années 80, le pays est frappé par la crise financière de 2007-2010. Le taux de chômage dépasse alors les 14% et le déficit public est de 32,4% du PIB. Mais en 2015, c’est le pays qui représente la plus forte croissance de l’Union Européenne avec 7,8%. Il fait alors partie des pays les plus riches d’Europe.

Qu’est-ce qui lui a permis de renouer avec la croissance ?

La politique d’austérité irlandaise

En 2010, les autorités irlandaises ont adopté un plan de rigueur drastique sur quatre ans, qui prévoyait 10 milliards d’Euros d’économies et 5 milliards de revenus supplémentaires. La population fait face à une baisse du salaire minimum et des allocations familiales, à une hausse de la TVA et de l’âge de départ à la retraite. Au total, l’Irlande économise 30 milliards d’Euros en six ans. Ces mesures portent leurs fruits. En décembre 2013, l’Irlande devient le premier pays de la zone Euro à sortir du plan de sauvetage de l’UE et du FMI. Le déficit public chute à 4,1% en 2014. La croissance retrouve son niveau d’avant-crise, et le taux de chômage continue sa descente engagée depuis début 2012. Le taux de chômage est à 8.8% au premier trimestre 2016 (pour 10,6 % en France fin 2015).

En parallèle, l’Irlande a toujours été un pays d’exportation. Cela représente 102% du PIB en 2010, ce qui lui a permis de compenser plus facilement cette crise. Cependant, seulement 37% est à destination de l’Europe (2013), ce qui la rend moins dépendante à la zone Euro que les autres pays européens.

De plus, les entreprises installées en Irlande payent environ 12,3% de taxes (alors que la France se situe à 42.8%). Cela a pour conséquence d’attirer les grands groupes internationaux qui installent leurs sièges sociaux européens dans tout le pays (Microsoft, IBM, Google, Facebook, Twitter, Salesforce, Apple, Lenovo …). En 2015, le cumul des chiffres de l’exportation et de ces capitaux étrangers représentent 165% du PIB.

Ainsi, grâce à une politique d’austérité très rude et des atouts non négligeables, l’Irlande a su sortir de la crise très rapidement et se positionner en deuxième place, derrière le Luxembourg, des pays les plus riches d’Europe. Il reste cependant encore les secteurs immobiliers et bancaires à redresser.

Le marché du travail en Irlande

Cette nouvelle croissance attire de nombreux travailleurs étrangers. Aujourd’hui, beaucoup de personnes de nationalités différentes vivent en Irlande. Parmi les communautés les plus représentées, on trouve les Brésiliens, les Américains et les Français. Les secteurs recruteurs sont dans le domaine des nouvelles technologies, de la finance, de l’industrie ou des services. Premier domaine d’activité de l’Irlande, le secteur des services pèse pour les deux tiers du PIB, en particulier dans la finance. Le tourisme est aussi un secteur qui se porte bien (environ 5% du PIB).

La législation du travail irlandaise

L’employeur irlandais demande de la flexibilité. Le contrat de travail écrit n’est pas une obligation légale. Celui-ci se scelle par une poignée de mains. En général, la période d’essai est d’un an. Les CDD en Irlande peuvent en principe s’enchaîner avec le même salarié pendant 4 ans, sans que l’employeur n’encoure de requalification en CDI.

La semaine moyenne de travail irlandaise est de 39 heures, et le nombre maximale d’heures de travail autorisé est fixé à 48 heures. il n’y a pas de possibilité de dérogation possible au-delà de ce seuil. Les heures de travail sont régies par les directives européennes.

Les irlandais peuvent profiter de 4 semaines de vacances dans l’année ainsi que de 9 jours fériés.

Le congé de maternité est de 42 jours.

Le salaire horaire minimum au 1er janvier 2016 est de 9.15 euros brut de l’heure.

Peut-on dire que le tigre celtique est de retour ? Comment va évoluer la situation économique du pays suite aux élections de ce début d’année ?

En effet, le fonds de retraite a été vidé en 2010 pour renflouer les banques, à la demande de l’Union Européenne. La question du financement des retraites est actuellement sans réponse. La dette publique demeure très élevée à 114,8 % du PIB en 2015 (95.4% pour la France).

Sources : latribune.fr, diplomatie.gouv.fr, myireland.fr, vivre-en-irlande.fr, lesechos.fr

Une réflexion sur “Slainte ! (Santé, en gaélique)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s