La norme ISO 26000 et la responsabilité sociétale.

iso26000

 

Qu’est-ce qu’une norme ISO ?

D’après l’ISO, International Organization for Standardization (Organisation internationale de normalisation), la norme est un « document établi par consensus et approuvé par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour des activités ou leurs résultats garantissant un niveau d’ordre optimal dans un contexte donné. »

La norme doit impérativement lister les méthodes pour reproduire un produit ou un service et être reconnue par les professionnels du milieu concerné.

Il existe plusieurs catégories de normes. Il y a les normes fondamentales qui réglementent les sigles, les symboles et la terminologie. Ensuite, les normes de spécifications renseignent sur les caractéristiques et les performances que l’on peut attendre d’un produit ou d’un service. Les normes d’analyse et d’essais renseignent sur les tests à effectuer avant la sortie d’un produit ou d’un service. Enfin, les normes d’organisation concernent le management de la qualité et le process qualité.

Les normes internationales garantissent des produits et services sûrs, fiables et de bonne qualité. Pour les entreprises, elles sont des outils stratégiques permettant d’abaisser les coûts, en augmentant la productivité et en réduisant les déchets et les erreurs. Elles ouvrent l’accès à de nouveaux marchés, établissent des règles du jeu équitables pour les pays en développement et facilitent le libre-échange et le commerce équitable dans le monde. Certaines entreprises doivent respecter une ou plusieurs normes. C’est le cas des métiers du bâtiment, les produits pharmaceutiques ou les produits alimentaires et les jouets pour enfants.

Qu’est ce que la responsabilité sociétale ?

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), est la responsabilité d’une entreprise vis-à-vis des impacts de ses décisions et de ses activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement transparent et éthique. Elle doit contribuer au développement durable y compris à la santé et au bien-être de la société, prendre en compte les attentes des parties prenantes, respecter les lois en vigueur et être compatible avec les normes internationales, et enfin être intégrée dans l’ensemble de l’organisation et mise en œuvre dans ses relations.

Pour définir le périmètre de la responsabilité sociétale, identifier les domaines d’actions pertinents et fixer les priorités, il existe aujourd’hui la norme ISO 26000.

Les 7 piliers de la norme ISO 26000 :

La norme ISO 26 000 n’est pas une norme certifiable. Elle présente des lignes directrices pour tout type d’organisation cherchant à assumer la responsabilité des impacts de ses décisions, mais elle ne peut donner lieu à une certification. Elle peut cependant donner lieu à des évaluations (AFAQ 26000 ou VIGEO 26000) ou à un label que nous verrons un peu plus bas.

7 questions centrales ont été identifiées dans cette norme :

  • la gouvernance de l’organisation
  • les droits de l’Homme
  • les relations et conditions de travail
  • l’environnement
  • la loyauté des pratiques
  • les questions relatives aux consommateurs
  • les communautés et le développement local

Chacune de ces questions centrales est ensuite découpée en domaines d’actions, qui explicitent les lignes directrices que les organismes sont invités à suivre. La norme insiste sur les liens inter-relationnels entre chacune des parties nécessaires à une démarche de responsabilité sociétale. Chaque chapitre doit être lu et compris comme étant un élément constitutif d’un ensemble cohérent.

Aspects RH de la norme ISO 26000 :

On retrouve ces aspects dans le premier pilier lié à la gouvernance, et surtout dans le troisième, les relations et conditions de travail. Plus particulièrement, sont visés la gestion des contrats de travail, la protection sociale, les conditions de travail, le dialogue social, la santé et la sécurité au travail, et la gestion des compétences.

Elisabeth Provost-Vanhecke et François Sibille se focalisent sur le management de certaines entreprises qui ont initié une démarche ISO 26000 dans leur livre Osez manager ISO 26000. Pour ces auteurs, le management est le lien manquant aujourd’hui entre le volet sociétal et les volets économique et environnemental de l’entreprise.  Les impératifs de performance  sont dépendants de l’équilibre entre ces 3 volets. Ainsi, le manager possède les éléments qui permettront de discerner chez les salariés leur capacité à s’organiser sur un mode autonome, ceci dans le respect de la stratégie de l’entreprise. Le futur gérant pourra également s’intéresser à l’avis des riverains sur l’implantation de sa future société. C’est en développant l’autonomie et la responsabilité des différentes parties prenantes qu’il sera alors possible de s’insérer dans la démarche ISO 26000.

En France, un label pour la RSE, axé sur la norme ISO 26000 : le label Lucie

La labellisation LUCIE est une approche pragmatique pour utiliser la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), et des Organisations (RSO), comme un outil de décision et de pilotage stratégique, dans le but de  combiner Responsabilité et Performance Economique.

Les premières labellisation LUCIE, label RSE de référence, ont eu lieu fin 2007 sur la base de ce qui allait devenir, trois ans plus tard, la norme internationale de Responsabilité Sociétale ISO 26000. En 2015, la Communauté LUCIE a labellisé 115 structures (entreprises et associations) et 35 sont en cours de labellisation. Cela en fait la 1ère Communauté française d’organisations engagée dans une démarche alignée sur les recommandations de la norme ISO 26000.

Est-ce que votre entreprise peut s’intégrer aujourd’hui dans une démarche RSE ? L’envisagez-vous ou est-ce déjà effectif ? N’hésitez pas à nous faire partager votre expérience !

Sources : iso.org, labellucie.com, Oser manager ISO 26000, E. Provost-Vanhecke, F. Sibille, Afnor Editions

Une réflexion sur “La norme ISO 26000 et la responsabilité sociétale.

  1. Présentation très étayée de la norme ISO 26000 et de sa déclinaison sous forme du label LUCIE. On comprend au travers votre article que l’entrée dans une démarche (ISO 26000 ou LUCIE) est un vrai choix stratégique et un véritable outil de pilotage économique, environnemental, managérial, éthique,… d’une organisation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s