La GRH à la sauce américaine

usa-drapeauSource :reseauinternational.net

Seulement accompagné de son courage, de son travail et de sa détermination, il serait possible de subvenir à ses besoins et même de devenir prospère, voilà ce qui est dit du rêve américain. Tout serait permis et accessible à chacun d’entre nous. Le rêve américain a fait couler beaucoup d’encre (et d’ancre par le passé), mais continue à nous intriguer. L’équipe du blog « Si J’étais DRH » vous propose un petit détour RH au pays de l’oncle Sam !

Zoom sur la culture du travail

Pour comprendre la GRH d’un pays, il importe de s’intéresser à la culture du travail de celui-ci. « Ouverte au dialogue » est une des caractéristiques de la culture américaine. Les salariés américains sont confrontés à des frontières poreuses entre leur vie professionnelle et leur vie privée. Qui plus est, il est accordé une place très importante au collaboratif et à la concertation entre collègues. Ceci explique qu’aux Etats-Unis la place du « chef » est à relativiser. Un bon chef est quelqu’un qui vit, travaille et échange avec son équipe.

Au-delà de ces différences culturelles avec la France, il existe également des points de divergences dans la manière d’appréhender la GRH.

La question de la rémunération

Au premier abord, la rémunération aux Etats-Unis peut paraître relativement élevée en comparaison à celle française. Pour rappel la rémunération n’est pas que le salaire mais tout ce que l’entreprise peut offrir au salarié, créant ainsi un « package » attrayant.

Ainsi la grande différence entre les deux pays est que la France propose aux salariés une rémunération « formule tout compris » alors qu’aux Etats-Unis celle-ci est « à la carte ». Cela s’explique par le cadre légal des deux pays respectifs. Comme l’explique Cédric POSTEL-VINAY, DRH français aux Etat-Unis, « en France, les stocks options sont fiscalement de moins en moins avantageuses. La couverture médicale, la retraite et le chômage sont très réglementés et très complets. Les jours de congés sont fixés par la loi. Il en résulte qu’un des seuls leviers de rémunération reste le salaire. ». A contrario, aux Etats-Unis, il existe une multitude de possibilités pour l’employeur en jouant avec 5 leviers: les stock-options, les jours de congés accordés, le système de retraite, la couverture médicale et enfin le salaire. En effet, à titre d’exemple, les frais de santé sont prohibitifs aux Etats-Unis. C’est par ailleurs la première cause de de faillite pour les foyers américains. Ainsi, la couverture médicale est un élément clé dans la négociation du salaire.

Des recrutements à la Lucky Luke

Au pays des cow-boys, le recrutement est un processus accéléré. Cela s’explique par le marché de l’emploi et le droit du travail. En effet, le préavis est de 2 semaines, la couverture chômage des plus minimales et le marché particulièrement tendu. Ainsi, un candidat américain en recherche d’emploi ne sera pas prêt à attendre longtemps, pour le recruter il s’agira d’être rapide !

Et les 5 semaines de vacances, qu’en est-il ?

L’employeur américain n’est pas réglementé sur les congés annuels ou les jours de repos hebdomadaires. Les ponts, les week-ends de 3 jours ou encore les pauses en milieu de semaine avec les RTT ne sont pas monnaies courantes. Néanmoins, il est accordé généralement par l’employeur américain une moyenne de 10 jours de congés par an.

Certes ces différences peuvent déstabiliser, néanmoins comme l’explique David DADOUN, DRH français travaillant aux Etats-Unis, au final les chantiers RH entre les 2 pays sont similaires (développement des carrières, stratégie de recrutement, de rémunération…), ce qui diffère c’est simplement le contenu en fonction du contexte local.

Sources : illusiondetous.wordpress.com, Lefigaro.fr, investir.us, frenchdistrict.com et rhinfo.com

2 réflexions sur “La GRH à la sauce américaine

  1. Le nouveau monde fait-il encore partie du rêve du vieux continent? C’est un véritable choc des cultures que vous nous présenté et qui ne peut que nous interpeler!

    J'aime

    • Merci pour votre commentaire RV, En effet s’ouvrir aux autres cultures et mode de GRH ne peut que nous interpeller et nous interroger sur nos pratiques. (c’est également l’occasion de nous faire un peu voyager derrière notre petit écran🙂 )

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s